Il est 6h00, aujourd'hui c'est le jour J !
Départ pour la Thaïlande avec la Thaï Airways

Après une première étape en TGV pour rallier Montpellier à Paris, nous avons posé nos sacs à dos dans un Ibis Budget, à côté de l’aéroport CDG, la veille au soir…

La nuit fut courte ; tant d’images dans la tête, l’excitation du voyage, le fameux « a-t-on oublié quelque chose ? » qui m’a trotté dans la tête une bonne partie de la nuit…Notre vol est programmé à 12h30. Kiki est encore dans les bras de Morphée. Pour ma part, j’ai envie d’une grande tasse de café . Après un petit déjeuner, que j’ai intentionnellement fait traîner l’histoire de faire passer le temps, une petite douche revigorante, les baskets fixées aux pieds.

Une navette gratuite passe à 9h pour rejoindre le T2 de CDG. Il est temps d’y aller !

A noter : très pratique, cette navette passe devant les principaux hôtels entourant l’aéroport toutes les 20-30 min.
Info navette 

La navette de l'aéroport CDG devant notre hôtel le IBIS BUDGET

Étant convoqués pour notre enregistrement au T1, nous empruntons le CDG-val pour rejoindre ce dernier. Il nous aura fallu environ 40 min de trajet entre l’hôtel et le T1.

Il est 10h, nous nous positionnons devant les comptoirs de la Thaï Airways, dans une file d’attente déjà bien fournie. Entre la fatigue d’une nuit trop courte et l’impatience de monter à bord, la journée s’annonce longue ! Ça y est, c’est notre tour ! Passeport en poche et n° de résa en tête, nous nous présentons au comptoir. Nous apprenons que notre décollage est retardé de 1h30. Devant prendre une correspondance à Bangkok pour Krabi, nous craignons que ce contre-temps ait des conséquences sur le bon déroulement de notre voyage. L’hôtesse nous informe que le pilote rattrapera une partie du retard pendant le vol. Nous voilà un peu plus rassuré. Quant aux raisons de ce retard, nous n’en saurons pas plus. A priori le précédent vol n’était pas encore arrivé.

Nous passons sans encombre les différentes étapes aéroportuaires: enregistrement, passeport, contrôle sécurité. Nous voilà devant notre porte d’embarquement. Faute de place, nous squattons un coin de moquette pour les deux heures d’attente qui nous restent à patienter .

A noter : une smoking room est située à côté de la porte d’embarquement.. « l’aquarium » s’avérera quand même appréciable ….

Après une interminable attente qui durera finalement presque 3h, nous embarquons (((- ;

Airbus A380 de la Thaï Airways

Notre A380 de la Thaï Airways, tout de violet vêtu, est immense. Voilà trois fois que nous voyageons sur ce paquebot des airs et pourtant, nous restons toujours impressionnés par son imposante stature. Quel miracle de pouvoir faire décoller un tel engin !

Nous sommes placés au premier étage en classe économique. Deux sièges (et non trois comme au rez-de-chaussée) avec un espace relativement confortable entre les sièges …Ce n’est pas la business classe ou la first, mais c’est quand même appréciable…

Disposés sur notre siège : Petit oreiller, couverture en polaire et casque audio …des accessoires indispensables qui contribuerons à améliorer un peu notre confort .

Notre vol sur un A380 de la Thaï Airways

Les moteurs sont en train de chauffer, nous commençons à rouler sur la piste. En position pour le décollage. A peine le temps de dire ouf, que notre « paquebot des airs » made in France (cocorico!) prend son envol tout en délicatesse…

Notre vol sur un A380 de la Thaï Airways

Quelques minutes plus tard, les hôtesses parées de leur plus bel uniforme et pourvues d’un sourire qui sent bon la Thaïlande, nous proposent un rafraîchissement. Soda, jus de fruits, whisky, vodka, vin rouge ou blanc et petit sachet de cacahuètes.

Notre vol sur un A380 de la Thaï Airways

Puis, c’est l’heure du dîner (à 15h ça fait quand même bizarre mais bon il faut se faire à notre nouvelle heure (+6h en Thaïlande) ). Au menu : plateau repas avec une salade de carottes, un plat chaud (poisson ou poulet avec du riz et des légumes), fromage, crackers, gâteau. Un repas classe éco . Ni excellent, ni mauvais.

Vu que nous avons plus de 10 heures à patienter, autant regarder un film. Malgré une sélection majoritairement anglophone, je trouve quand même deux ou trois films sympas à voir et à revoir.

Notre vol sur un A380 de la Thaï Airways

J’ai du mal à m’endormir. J’ai l’impression d’être une contorsionniste dans une boîte magique. Il faut dire que je mesure prés de 1m80 et qu’il n’est pas toujours facile de pouvoir se déplier entièrement . Kiki s’est endormi. J’en profite pour parcourir un peu l’avion, l’histoire de me dégourdir les jambes.  Je prends au passage un petit sandwich et un verre d’eau., mis à disposition des passagers. Je reviens à ma place et sommeille durant une ou deux heures.

A 4h30 du matin (heure Thaï , donc 22h30 heure française ), les lumières reprennent doucement de la vigueur dans l’avion.

Le savez-vous : de nombreux avions et notamment l’A380 de la Thaï Airways, disposent désormais d’un système MoonLight qui simule la luminosité naturelle du crépuscule et de l’aube. Cette technologie limiterait les effets du Jetlag.

C’est l’heure du petit déjeuner : café ou thé, croissant, pain, omelette, saucisse. Tout y est ! Et le café est plutôt bon !

Plus que 2 h de vol. Les dernières heures sont toujours les plus longues. Le personnel de cabine, toujours sourire aux lèvres, accélère la cadence, nous approchons de Bangkok.

Depuis maintenant une heure, un petit garçon d’à peine deux ans hurle à gorge déployée. Sa mère fait les quatre cent pas pour tenter de le calmer, mais rien n’y fait. La fatigue aidant, nous nous interrogeons sur le pourquoi du comment qui pousse des parents à entraîner leurs plus jeunes bambins dans cette aventure. Ok chacun est libre de faire ce qu’il veut, mais franchement après 10h de vol, entendre des hurlements pendant plus d’une heure, c’est quand même pas top. Pour le bébé d’abord, pour les parents, et aussi pour les autres passagers !

L’avion amorce sa descente. Un atterrissage tout en douceur, sans secousse, sans crissement de pneus. et presque à l’heure initialement prévue (((- ;

A noter : mention spéciale pour le pilote de la Thaï Airways qui s’est exprimé durant tout le vol en français (((-;. Ce n’est pas toujours le cas sur les vols internationaux , et c’est vraiment un plus surtout quand on est trop fatigué pour traduire (((-; 

Nous descendons de l’avion. Nous parcourons un long couloir avec des tapis roulants. Au bout, une smoking room. Nous passons les contrôles à la file « Transfert vers… ». Tout est bien indiqué, aucun problème pour se repérer. A la douane, je suis heureuse de dire mon premier « Sawasdee Ka » , le douanier me répond avec un grand sourire (((- ; Bienvenue en Thaïlande !

Nous avons encore 2h à patienter avant notre prochain vol pour Krabi. Nous récupérerons nos bagages là-bas.
Ce deuxième vol, également réalisé avec la Thaï Airways se fit sans encombre, à peine le temps de décoller, que nous avons déjà atterri : Bkk/Krabi = 1h05

Arrivé à Krabi, nous récupérons nos sacs à dos et trouvons un endroit pour se changer…Il est 9h30, il fait 40°C !!! Heureusement les tongs, shorts, et tee-shirt sont à porté de mains (((- ;

Nous faisons le change de notre monnaie et trouvons un taxi pour 600 bahts. Direction Ao Nang puis Tonsaï. Ça y est c’est parti pour un mois de plage, détente, jungle, aventure.

Article sponsorisé 

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu