En recherchant quelques lieux sympathiques et atypiques à Kampot, je suis tombée sur le Kama Kafé, un lieu empreint d’histoire et d’art. Situé en plein centre de la ville, le Kampot Arts & Music Association, n’est pas un petit café comme les autres.

Il faut remonter le fil douloureux de l’histoire du pays, pour comprendre l’importance que revêt aujourd’hui, un projet comme le Kama Café.

Le Kama Café de Kampot

La terrible histoire du rock Khmer

Sous protectorat Français, depuis 1863, le Cambodge est intégré à l’Indochine Française en 1887.

Elle obtint son indépendance en 1953 sous le règne du Roi Norodom Sihanouk qui deviendra chef d’Etat en conservant le titre de Prince, en 1957. Amateur d’art, cinéaste et musicien émérite, le Prince Norodom Sihanouk impulsa au Cambodge des années 50-60 une dynamique artistique qui verra l’émergence que nombreux artistes tels que Sinn Sisamouth ou encore Ros Serey Sothea.

A l’instar du Molam en Thaïlande, qui donna dans une version plus contemporaine le Luk Thung, les musiques Cambodgiennes comme le Rom Kbach, Chamrieng Samai ou encore le Kantrum (également présent en Thaïlande) connurent un regain d’intérêt dans les années 60-70. L’influence Américaine, en pleine guerre du Vietnam, apporta à la musique traditionnelle Cambodgienne une dose de contemporanéité par l’intégration d’inspirations Rock Garage et Psychédélique.

Cette énergie culturelle sera anéantie par l’arrivée au pouvoir des Khmers Rouges qui exécutèrent plus d’un quart de la population. Les artistes et intellectuels ne partageant pas la vision unique du Kampuchéa furent éliminés.

Voici un reportage, avec quelques images d’archives, vous permettant de mieux comprendre l’importance du Rock au Cambodge durant les années 60 ….Désolé mais c’est en Anglais mais le sous-titrage permet quand même de comprendre l’essentiel.

La renaissance du rock Kmer

Il fallut attendre les années 90, et un début de stabilité politique, pour apercevoir l’émergence d’une nouvelle scène Cambodgienne mêlant les influences Khmers aux rythmes occidentaux.
Ce fut d’ailleurs en 1996, que sortit l’excellente compilation Cambodian Rocks composée une vingtaine de titres datant la fin des années 1960 et du début des années 1970.

En 2009, Julien Poulson guitariste Australien rencontre Srey Channthy. Il voit en elle la future Amy Whinehouse de l’Asie et lui propose de fonder le Cambodian Space Project. La chanteuse Khmère prend le nom de scène de Srey Thy. Très vite Julien et Srey Thy sont rejoints par d’autres musiciens émérites. Pendant plusieurs années, ils parcourront les routes du Cambodge mais également celles d’Europe, d’Australie et des Etats-Unis.
Mêlant standards du rock sixties, dont les reprises en Khmer sont de vraies pépites, et compos audacieuses, le CSP se fera remarquer par de nombreux artistes illustres, comme notamment Iggy Pop. Dopé par cette notoriété et animé par la passion de transmettre une vision multiculturelle de l’Art Cambodgien, tout en conservant une dimension sociale importante, le Cambodian Space Project donna naissance au Kampot Arts & Music Association (KAMA).

La vie est parfois cruelle. Le 20 mars 2018, Srey Thy perdit la vie dans un dramatique accident de la route. La princesse du rock Khmer laissa derrière elle des millions de fans totalement effondrés. Mais la voix d’ange aura marqué l’histoire du rock et c’est pour lui rendre hommage, et continuer à propager l’amour, l’entraide et la liberté chers au cœur de Srey Thy, que le projet CSP Mothership naquit.

The Cambodian Space Project
The Cambodian Space Project
The Cambodian Space Project

Situé à Kampot dans un ancien bâtiment à l’architecture coloniale, le KAMA CAFE propose un espace dédié aux arts et à l’artisanat sous toutes ses formes. En plus de proposer une cuisine fraîche et délicieuse, le KAMA sert également de lieu d’échange culturelle avec une galerie d’art, un atelier d’impression, un espace concert, une salle de répétition (KAMA KRATIF) mais également un cinéma.

Dans un pays en pleine reconstruction devant répondre à des défis majeurs pour son avenir, le KAMA est une véritable opportunité pour le développement de la culture Cambodgienne contemporaine.

La Kama Café à Kampot

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu