Nous venons de quitter Koh Mook. Sur ma terrasse du Tha Tien Village de Bangkok, un brin de mélancolie dans les yeux, je regarde défiler les bateaux sur le Chao Phraya.

Nous adorons Bangkok, mais ce que nous avons vécu à Koh Mook ne nous quittera jamais.

Nous devions rester trois nuits à Koh Mook, finalement nous avons réussi à nous extraire de ce doux rêve au bout d’une quinzaine de jour. C’est donc le cœur gros que nous avons quitté cette petite île du sourire, pour nous diriger vers Bangkok afin d’y célébrer le nouvel an bouddhiste, le Songkran.

Bien entendu, je livrerai ultérieurement plusieurs infos pratiques et reviews sur cet épisode Komoukien, mais aujourd’hui, je ne peux m’empêcher de vous faire part de mes impressions à chaud.

Pourquoi nous avons choisi Koh Mook ?

Koh Mook s’avère être une excellente alternative à Ko Kradan et Ko Ngai (Ko Hai), deux îles magnifiques mais au combien touristiques : quelques hôtels, des long thaï boat et ferries, quelques restos bof bof et des prix qui frôlent l’apoplexie…Alors oui, ces deux îles sont à voir, mais côté authenticité et rencontres c’est un peu limité.

Nous avons donc choisi de résider à Koh Mook juste en face de ces deux points d’affluence et à proximité également de la fameuse Emerald Cave qui a fait la réputation de cette île de la province de Trang.

Pourquoi sommes-nous restés 13 jours à Koh Mook ?

La province de Trang est riche en îles et autres coins fabuleux où poser ses valises, alors pourquoi choisir Koh Mook ?

Pour sa vie locale ? OUI
Pour sa tranquillité ? OUI
Pour ses plages ? OUI , et notamment celle de Farang Beach ((- ;
Pour ses boutiques ? NON….enfin il y a bien quelques épiceries, mais pas de magasins de fringues ou mall dispendieux
Pour la gentillesse de ses habitants ? OUI, OUI et re-OUI !

Les sourires de Koh Mook
Les sourires de Koh Mook

Koh Mook l'île du sourire et des rencontres

Malheureusement, dans les zones touristiques, le légendaire sourire de la Thaïlande est trop souvent devenu un argument commercial. Voir passer tous les jours des millions de visiteurs, et pas toujours des plus respectueux, ne peut être sans conséquence.

Il faut dire que beaucoup de Thaïlandais doivent tirer leur épingle du jeu dans un contexte touristique hyper-concurrentiel, souvent principale source de revenus pour nombre d’entre eux.

A Koh Mook, nous avons retrouvé le vrai visage de la Thaïlande. Les habitants, moins confrontés au tourisme de masse, ont su conservé la bonhomie qui les caractérise.
De plus, l’île étant petite (12 Km2 environ dont les ¾ entièrement vierge) , les habitants vous identifient rapidement.

Ko Mook fut pendant longtemps un lieu « d’exile » pour des exclus et des malheureux abîmés par la vie. Personne de demande rien à personne. Seul le présent compte à Koh Mook.

Au bout de cinq jours sur l’île, nous avions l’impression d’être un peu chez nous.

Alors bien sûr, il y a quand même des touristes (surtout entre fin décembre et début mars) mais ceux qui choisissent de séjourner à Koh Mook sont plutôt en quête d’authenticité et de relations simples et saines. Ici, pas de cri, d’agressivité, de vol ou de démonstration en tout genre.

Que dire de mes balades matinales avec Véro la Nîmoise, de nos soirées amicales avec trois jeunes grecs-bordelais, de notre rencontre avec Mustapha, un homme étonnant ( ancien combattant muay-thaï reconverti en excursionniste et décrocheur de coco), de l’accueil de Mong au Mong-Bar sur la plage de Farang Beach où nous prenions tellement de plaisir à admirer ensemble le coucher du soleil, de Gérard un expat depuis vingt ans à Koh Mook, de la charmante petite famille du blog des Têtes Blondes, de tous ces chauffeurs de tuk-tuk et autres scooters qui me prenaient en stop spontanément quand la chaleur devenait trop présente…Et puis, bien sûr notre rencontre avec Job2Do tellement fidèle à ce qu’il chante « paix et amour » …Enfin que dire de notre amitié naissante avec Nel, Su et Hugo du Nature Hill qui ont su partager avec nous leur amour et expérience de Koh Mook…Nous avons fait tellement de belles rencontres à Koh Mook !!! Impossible de toutes les citer !

Koh Mook, un paradis caché ?

Vu sous cet angle, on pourrait se demander pourquoi Koh Mook n’attire pas plus de monde ? (et c’est tant mieux !!!) .

L’absence de vie nocturne, une gestion des déchets assez catastrophique, une prolifération des chiens plus ou moins sauvages (fort heureusement pour la plupart extrêmement gentils, joueurs et surtout en attente de caresses), un accès plus contraignant en basse saison (quoi que …) …Plusieurs raisons contribuent au fait que Koh Mook est resté intimiste…Mais pour combien de temps encore ?

Mes expériences préférées à Koh Mook

Enfourcher mon vélo le matin vers 7h, prendre la petite route à travers la jungle et filer à la plage accompagnée de ma fidèle Bhumi, pour me baigner en mode seule au monde dans une eau turquoises.

Longer la côte à marée basse à la découverte d’une nature totalement vierge, en répondant au Sawasdee des capitaines de Long Thaï Boat passant au large.

Écouter les milles et un chants d’oiseaux qui vous chatouillent les oreilles aux premières lueurs du jour .

Finir la journée par d’excellents repas cuisinés avec amour dans l’un des petits restos Thaï de l’île.
Le Mayow Restaurant fut l’une de nos plus belles découvertes culinaires en Thaïlande.

Savourer l’arrivée de l’orage nichés dans notre bungalow au milieu d’une forêt d’hévéas.

Se retrouver entre amis, le soir à Farang Beach, perchés sur la terrasse du Mong Bar pour admirer le plus beau spectacle de l’île. Le soleil découvre alors une palette multicolore qui invite le spectateur au silence admiratif jusqu’à son déclin.

Coucher de soleil à Koh Mook
Fin de journée à Koh Mook
Coucher de soleil sur Farang Beach

Discuter avec les musulmans assis près de la Mosquée et me dire que si le respect et la tolérance étaient aussi présents dans le monde qu’à Koh Mook, nous serions tellement plus heureux !

Répondre à une multitude de sourires et de Sawasdee tout au long de la journée…La recette du bonheur quotidien !

Attendre de voir Job2Do pendant trois années et le rencontrer en toute intimité sur cette petite île !

Me faire adopter par des potes à quatre pattes, toujours soucieux de m’accompagner, de jouer, de surveiller mes affaires pendant que je me baigne et de me ramener quelques crabes chassés sur la plage en échange de quelques caresses bienveillantes .

Fidèle Boumi du Nature Hill

Notre visite à Emerald Cave un jour férié en Thaïlande…Pas comme on l’avait prévu mais quel fou rire !!!

Du monde et des rires à Emerald Cave
Emerald Cave en mode " jour férié en Thaïlande "
Emerald Cave en mode " jour férié en Thaïlande "

Savourer une langouste sauvage en toute simplicité à dix heures du soir…Merci Nel pour ce moment unique !

La pêche fut bonne ....Le Dîner également

Il est très difficile de décrire notre expérience Komoukienne tellement elle fut riche en émotion, en partage et en rencontres ! Mais une chose est sûr, les larmes dissimulées du départ ne sont pas synonyme d’adieu mais d’un au-revoir plein de reconnaissance pour les habitants de Koh Mook.

C’est une belle histoire d’amour avec Koh Mook qui n’en est, pour nous, qu’à ses débuts…

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Fermer le menu